Lylie candidate Île de France

Peux-tu te présenter ?

Bonjour je m’appelle Lylie surnom pin-up Sweet-Tatoo. J’ai 36 ans, 5 enfants que j’aime plus que tout au monde. Je vie dans le 94 à Orly, je suis passionnée de tatouages et instable capillaire (mes cheveux passent du blond, au rose, au rouge...). J’aime aussi la cuisine, les créations et la mécanique. D’ailleurs on me surnomme le couteau suisse.

Que fais-tu dans la vie ?

A part être maman (et c’est déjà un métier à plein temps), je fais beaucoup de choses.

J’aide des associations, je suis créatrice de bijoux et d’accessoires rétro, je fais des gâteaux décorés. Je suis quelqu’un d’hyperactif et ma vie me permet de ne pas m’ennuyer.

crédit photo : Pin Up Rebels


Ta passion te vient d’où ?

Par rapport aux autres candidates, je n’ai pas grandi dans le monde rétro/vintage. Ma maman, qui a élevé toute seule ses 5 enfants, nous a fait grandir en écoutant du Édith Piaf autant que du Francky Vincent. La maison était aux antipodes du milieu pur vintage.

J’ai eu une vie difficile et pouvoir me libérer de mes chaines était un objectif vital pour moi.

Il y a 3 ans j’ai assisté à un rassemblement vintage qui a été pour moi comme un déclic, une révélation. Cet événement a été le début de mes recherches sur la mode, la musique, l’histoire...

Grâce à ces recherches je me suis trouvée. Vous savez je suis petite et ronde donc les critiques vont bon train, grâce au style pin-up, j’ai appris a regardé mon corps différemment. La découverte de cet univers a été pour moi une révélation à tout point de vue.

Quelles sont tes influences dans le rétro-vintage ?

J’ai un regard qui, je pense, m’est propre tout comme ma mère nous l’a enseigné plus jeune.

Nous devons avant tout assumer ce que nous sommes. Mes influences sont donc aussi nombreuses et ne sont pas purement vintage mais touche à tous les domaines et les styles. Je n’ai pas de pin-up de préférence ou de groupes préférés mais j’aime me perdre des heures sur internet ou dans des livres pour trouver des pièces qui me plaisent et les mixer au goût du jour. Pour moi les femmes des années 40 à 60 étaient à l’apogée du sexy et du glamour alors pourquoi devons-nous choisir un style en particulier ? Je peux vous dire que dans ce milieu, il y a plein d’inconnus qui auraient mérités d’être reconnus.


Quelle est ta définition d’une Pin-up de nos jours ?

J’ai pu constater, d’après mes recherches que la pin-up existe à travers le monde et pas seulement aux Etats-Unis. Les femmes des années 40 à 70 ont cherché à s’émanciper des hommes. Cette libération, les droits acquis de la femme, leur viennent de leur force de caractère, du fait d’assumer leurs envies, leurs besoins. Elles étaient déterminées. La pin-up d’aujourd’hui n’est pas si différente, les femmes ne font que renforcer les bases et droits déjà acquis mais avec plus de liberté et de franc parlé. Autant dire qu’une pin-up, quelle que soit sa génération, est une femme qui se bat pour ses droits et son indépendance, elle assume son corps et son côté glamour.


Tu es candidate, quel ressenti as-tu sur ce futur événement qu’est l’élection de région ?

Je la vis le plus sereinement possible entre préparation du show, des tenues et des accessoires que je confectionne avec soin. De toute façon et dans tous les cas, j’ai déjà gagné…

En effet, si on m’avait parlé de l’élection Miss pin-up Île-de-France, il y a seulement 5ans et qu’en plus je m’y inscrirais, je ne l’aurais jamais cru. Il me reste donc plus qu’à transmettre mon amour de ce milieu au public, profiter de l’aventure avec les autres candidates et faire passer le message suivant :

GRANDES OU PETITES, RONDES OU MINCES, LES FEMMES SONT TOUTES BELLES ET MERITENT TOUTES LE RESPECT.