Audrey candidate PACA

Peux-tu te présenter ?

Je m'appelle Audrey, mais voilà tout pile 10ans que je réponds plus facilement au pseudo de Bambi Freckles's. J'ai 33ans. Je suis dans le Var, plutôt côté campagne que bord de mer.

Vintage addict passionnée de mode, de décoration, d'Histoire et d'esthétisme des années 20 à 70. Avec une profonde sensibilité à la protection environnementale, j'allie ça à ma passion du retro en achetant uniquement de la décoration et des vêtements anciens ou de seconde main. Si vraiment j'ai une idée précise en tête, alors je préfère coudre (et je fais plein d'autres choses pour sauver la planète mais là n'est pas le sujet). Je me définis donc comme une "ecologiste pin-up" ou, plus légèrement, comme "une campagnarde avec des robes à paillettes et des bottes pleines de boue".


Crédit Photo : Mickaël Rius


Que fais-tu dans la vie ?

Croisons les doigts pour que, le 15 Mars, je sois officiellement adjointe au maire de mon village en charge de la transition écologique...

Sinon, je suis maman à plein temps, et ce n'est déjà pas de tout repos.


Ta passion te vient d’où ?

Alors là... Je crois que je ne me rappelle même plus!

Autant que je me souvienne, j'ai toujours eu un look un peu décalé de mes camarades de classe. Je me "retenais" cependant au collège. Quand je suis rentrée en école d'Art, c'était un peu le concours de qui aurait le look le plus fou : là, j'ai vraiment ouvert les vannes. C'est à cette époque que j'ai découvert Marylin Manson et sa sublime épouse Dita Von Teese. J'ai creusé de ce côté, vers l'esthétisme glamour de l'âge d'or Hollywoodien et d'avant. C'est venu petit à petit, je n'ai pas de souvenir précis de quand, où, comment, c'est arrivé : ça s'est fait assez naturellement au final.


Quelles sont tes influences dans le rétro-vintage ?

Mon icône indétrônable reste Louise Brooks, garçonne des années-folles grâce à qui j'ai appris à assumer ma silhouette androgyne. Même si, aujourd'hui, je me retrouve aussi dans la mode des années 40 à 60, je reste une véritable amoureuse des années 20, de Mistinguett, de Joséphine Baker et des filles des Ziegfeld Follies.


Quelle est ta définition d'une pin-up de nos jours ?

Une pin-up moderne est, à mes yeux et avant tout, une personne altruiste, sans jugement et sincèrement gentille. Peu importe son physique, elle s'assume et inspire les autres femmes sans vulgarité. Féministe aussi, parce qu'on peut aimer l'esthétisme d'antan, le maquillage et les tenues soignées sans pour autant être une personne superficielle et naïve.


Crédit Photo : Mickaël Rius


Tu es candidate, quel ressenti as-tu sur ce futur événement qu'est l'élection régionale ?

J'ai sincèrement hâte de rencontrer les autres candidates de ma région et de passer du temps ensemble. J'adore faire de nouvelles rencontres, partager ma passion et m'enrichir de ces échanges. Ça va être une super expérience.